Anne Hidalgo, en visite dans le Doubs, se voit en “force centrale” capable de rassembler la gauche – France Bleu

Le tour de France d’Anne Hidalgo passe par le Doubs ce mardi. La candidate du Parti socialiste pour la présidentielle était l’invité de France Bleu Besançon ce mardi.  Au programme de la maire de Paris notamment, une table ronde en milieu de journée au Lycée Jouffroy d’Abbans de Baume les Dames, une visite de l’entreprise bisontine RD-Biotech qui a contribué au développement du vaccin Pfizer, et une réunion publique à 18h30 au centre Nelson Mandela à Besançon. La candidate socialiste souhaite rassembler la gauche avant la présidentielle.

France Bleu : Quel est votre principal objectif aujourd’hui dans le Doubs ?

Anne Hidalgo : Bien sûr, de rencontrer les Françaises et les Français, d’échanger avec eux, de voir toutes ces belles initiatives qui permettent à notre pays de tenir debout. Des initiatives dans le monde de l’entreprise, de solidarité et de rencontrer les Françaises et les Français. C’est une campagne électorale et je ne sais pas faire autrement que rencontrer les Français.

J’imagine que l’objectif quand même, c’est de convaincre. Alors justement, comment vous comptez vous y prendre pour convaincre toutes ces composantes qu’on a dans le Doubs ?

Je crois que ce qui est important aujourd’hui, c’est d’apporter des idées, de donner aussi son diagnostic, sa vision pour notre pays. Et de parler de choses qui sont aussi des choses très concrètes. La question du pouvoir d’achat est une question cruciale. Les gens ont des salaires qui n’ont pas évolué alors que le coût du logement et la part du logement dans leurs revenus, elle, a explosé ces dernières années. On voit l’augmentation du prix de l’essence. On voit les questions relatives au travail. Les Françaises et les Français ont envie de travailler, de travailler et d’avoir un salaire digne qui leur permettent d’élever leurs enfants. 

Donc, on va parler d’école, on va parler de santé parce que là aussi, bien sûr, il y a la pandémie. Mais au delà de la pandémie, il y a une crise quand même de notre système de santé. Il y a des déserts médicaux, donc on va parler des questions qui sont les questions de leur vie et des solutions qu’il va falloir porter pour que notre pays se redresse. Pour qu’on retrouve le goût des autres, qu’on retrouve le goût de se parler et pas simplement de s’affronter et d’être dans des conflits qui sont de plus en plus nombreux. .

Vous serez à Besançon dans le courant de la journée Besançon, où nous sommes dirigés par une élue écologiste, avec le soutien du PS. Vous dites quoi aux électeurs qui sont convaincus par une équipe plurielle ? 

Je crois que bien sûr, il faut se rassembler, il faut. Mais il faut aussi porter nos idées. Pour notre pays, le rassemblement doit se faire autour d’une force centrale et je suis cette force centrale. Je l’ai prouvé à Paris maintenant depuis longtemps. Je vois aussi que lorsque nous sommes nous, cette force centrale, en capacité de rassembler, c’est plus facile. On gagne plus facilement. Lorsque nous ne sommes pas devant, par exemple, au premier tour des régionales, j’ai fait par exemple en Ile de France, la campagne de Julien Bayou, ça ne s’additionne pas. 

Donc il faut comprendre que le rassemblement, ce n’est pas simplement les uns et les autres, dire “unité unité”. D’ailleurs, l’unité, tout le monde la réclame, mais chacun la veut derrière soi. Jean-Luc Mélenchon est en campagne depuis cinq ans. Yannick Jadot nous explique que c’est son tour. Vous voyez bien que le débat est totalement tronqué. Donc ma façon à moi de créer l’unité, c’est de poser des propositions qui, elles, rassemblent et des propositions qui, évidemment, partent de la nécessité de s’attaquer à cette crise écologique, mais de ne rien laisser sur le terrain social, de ne rien non plus sur le terrain républicain. Et je crois être dans une position qui est en capacité de rassembler beaucoup plus. 

Puis, vous parliez des femmes tout à l’heure dans les reportages. Ça suffit. Moi, je ne suis pas là pour passer les plats à qui que ce soit.

Il y a dans votre programme, l’égalité salariale femmes-hommes. C’est quelque chose qui vous tient à cœur.

Quand même, ça va. On est au 21ème siècle, en 2021. J’ai une expérience longue., j’ai une expérience de rassemblement. Je n’ai pas de preuves à apporter sur les questions d’écologie et en plus, pour moi, l’écologie, elle passe d’abord par une grand accompagnement social. Je pense à tous ces travailleurs des secteurs qui vont être décarbonés. Je pense à toutes ces classes moyennes et catégories populaires qui ont besoin d’être accompagnés. Maintenant ça suffit.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Anne Hidalgo, en visite dans le Doubs, se voit en “force centrale” capable de rassembler la gauche – France Bleu
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :