Anne Hidalgo lance la première étape de la transformation des Champs-Elysées - Les Échos

Anne Hidalgo lance la première étape de la transformation des Champs-Elysées – Les Échos

Pour sa première grande annonce comme maire de Paris depuis son échec cinglant à l’élection présidentielle il y a un mois, Anne Hidalgo a lancé mercredi le projet de transformation des Champs-Elysées. A travers ce projet dévoilé conjointement avec le Comité Champs-Elysées, qui regroupe 200 acteurs commerciaux, culturels, commerciaux et économiques, l’édile socialiste va donner corps à une promesse faite début 2021.

​Le chantier se fera en deux temps, avec comme premier horizon les Jeux Olympiques et Paralympiques de 2024. D’ici là, il est prévu des opérations de « réparation » et d’« embellissement » sur les deux côtés de la « plus belle avenue du monde ». Ce qui passera notamment, sur sa partie haute très commerçante, par la végétalisation de plus de 400 pieds d’arbres, la rénovation des trottoirs ou la remise en état du mobilier urbain.

Plus de 100 nouveaux arbres

Plus bas, les jardins des Champs-Elysées, qui voient aujourd’hui passer peu de promeneurs, seront réaménagés. « D’ici à 2024, nous les rénoverons avec plus de 15.000 m² de nouvelles plantations, 7.000 m² de routes transformées en allées de jardins et plus de 100 nouveaux arbres », a détaillé Anne Hidalgo.

L’esthétique des terrasses sera également harmonisée, sous la houlette du designer belge Ramy Fischler avec la définition d’un projet de charte. Il s’agit de « réenchanter l’une des vitrines les plus emblématiques de la capitale […] qui souffre d’avoir beaucoup perdu de sa splendeur dans les trente dernières années », a résumé la maire (LR) du VIIIe arrondissement, Jeanne d’Hauteserre.

Moins de files de voitures place de l’Etoile

La place de l’Etoile Charles-de-Gaulle va, elle aussi, avoir droit à un lifting avec un élargissement de son anneau central autour de l’Arc-de-Triomphe. « C’est donc un rétrécissement de la place de la voiture, parce que c’est comme cela qu’on doit envisager la ville de demain », a insisté la maire de Paris. Il restera malgré tout 7 à 8 files de circulation sur cette place « pour un maintien de la fluidité », comme l’expliquent les promoteurs du projet.

Alors que la réduction de la place de la voiture dans la capitale est l’un des marqueurs de la politique municipale de la locataire de l’Hôtel de ville, le sujet n’a pour l’heure pas été abordé concernant l’avenue elle-même, une artère pourtant bruyante et souvent congestionnée. « Nous ne sommes pas d’accord sur tout […] Mais nous avons évité les polémiques », a reconnu Marc-Antoine Jamet, le président du Comité Champs-Elysées et secrétaire général de LVMH (propriétaire des « Echos »).

Pour cette première phase de travaux, la Ville annonce un budget de 24 millions d’euros « pour les aménagements paysagers et le programme de reprise du mobilier urbain, des pavages des trottoirs ou de l’éclairage public », a précisé Emmanuel Grégoire, le premier adjoint à la maire de Paris en charge de l’urbanisme.

S’y ajoute « un apport de 6 millions d’euros » de la Solidéo, Société de livraison des ouvrages olympiques, autour des sites concernés par les Jeux de 2024, notamment le Grand Palais. Ces travaux seront réalisés entre le printemps 2022 et la fin 2023.

Etude urbaine

Le réaménagement d’ensemble des Champs-Elysées n’interviendra, lui, qu’après 2024. Il englobera aussi les places de la Concorde et de l’Etoile, les avenues Montaigne et de la Grande Armée, les connexions à la Seine, ainsi que les souterrains, tunnels et sous-sols. Concernant la place de la Concorde, Anne Hidalgo imagine une « extension du jardin des Tuileries jusqu’à l’Obélisque ».

Le Comité Champs-Elysées va financer une étude urbaine, confiée à l’agence PCA-Stream de l’architecte Philippe Chiambaretta, en vue de remettre des propositions à la mairie « fin 2023, début 2024 ».

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original