Covid-19 en France : « Ça ressemble clairement à une cinquième vague », prévient Olivier Véran – Sud Ouest

Par SudOuest.fr avec AFP
Publié le 10/11/2021 à 21h10
Mis à jour le 11/11/2021 à 8h46

Invité du 20 heures de TF1 mercredi, le ministre de la Santé n’a pas caché que la dynamique épidémique n’est pas bonne en France. Il est aussi revenu sur les mesures annoncées par Emmanuel Macron

Mercredi soir, sur TF1, le ministre de la Santé Olivier Véran avait pour mission de préciser les annonces faites par Emmanuel Macron mardi soir lors de son allocution télévisée. Pour justifier les décisions du chef de l’État, il n’a pas hésité à rappeler que les indicateurs repartent à la hausse et que le gouvernement reste très vigilant.

La situation actuelle « ressemble clairement au début d’une cinquième vague », a-t-il affirmé. « La circulation du virus s’accélère, 40 % de plus en une semaine », a-t-il alerté. Mais le ministre de la Santé a aussi tenu à mettre en avant un message optimiste, soulignant la « vaccination massive » des Français. « On peut la passer comme on a passé la quatrième [vague, NDLR] », a poursuivi Olivier Véran. Le ministre a ainsi souligné que « la grande différence, c’est que parce que nous sommes massivement vaccinés, parce que nous avons le passe sanitaire, parce que nous respectons les gestes barrières, on peut passer cette vague comme la 4e, avec peu de malades dans les hôpitaux et peu de décès ».

+ de 65 ans : pas de troisième dose, plus de passe

Concernant les annonces d’Emmanuel Macron, Olivier Véran s’est refusé à évoquer tout calendrier de suppression du passe sanitaire, défendant la décision de contraindre les personnes âgées à recevoir un rappel de vaccin anti-Covid pour continuer à en bénéficier. Il a détaillé mercredi soir l’application d’une troisième dose selon l’âge des personnes.

Emmanuel Macron a annoncé mardi qu’à partir de mi-décembre, les plus de 65 ans devront avoir reçu un rappel de vaccin anti-Covid, généralement qualifié de « troisième dose », pour continuer à utiliser le passe sanitaire. Plus tôt, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, avait indiqué que le sésame serait désactivé au bout de cinq semaines après les six mois de la deuxième injection.

Sur le même sujet

50-64 ans : le passe en suspens

Pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, la vaccination en rappel commencera à partir de début décembre. « La question de l’intégration dans le passe sanitaire viendra en son temps en fonction des conditions épidémiques », a précisé Olivier Véran. Il compte notamment sur les études pour dire si l’efficacité du vaccin décline pour cette tranche, tout en précisant que quatre patients sur cinq en réanimation en France actuellement, en raison du Covid, avaient 50 ans et plus.

– de 50 ans : pas de rappel pour l’instant

Pas de rappel à la vaccination pour l’heure, pour les moins de 50 ans, sauf pour ceux qui ont une comorbidité. Chez les plus jeunes, les moins de 12 ans, l’Agence européenne du médicament devrait se prononcer sur leur vaccination mi-décembre et dire si les bénéfices sont plus grands que les risques. L’exemple des États-Unis, qui a déjà entamé cette campagne pour cette tranche d’âge, est également scruté.

Quant aux personnels soignants, le ministre a dit toute sa « confiance » quant à leur capacité à se faire vacciner si nécessaire, tout en indiquant que l’obligation vaccinale ne comportera pas de troisième dose.

Sur le même sujet
Sur le même sujet

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Covid-19 en France : « Ça ressemble clairement à une cinquième vague », prévient Olivier Véran – Sud Ouest
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :