Le président de la région Hauts-de-France et candidat à l’élection présidentielle Xavier, Bertrand lors des journées parlementaires du parti Les Républicains (LR), à Nîmes, le 10 septembre 2021. Le président de la région Hauts-de-France et candidat à l’élection présidentielle Xavier, Bertrand lors des journées parlementaires du parti Les Républicains (LR), à Nîmes, le 10 septembre 2021.

Drôle de situation que celle dans laquelle se trouve aujourd’hui le parti Les Républicains (LR). Habituée avant 2017 à désigner un chef charismatique comme candidat légitime pour le scrutin présidentiel, la formation a décidé cette année, au lieu d’une primaire, de s’en remettre à un congrès, durant lequel les militants doivent arbitrer entre les différentes personnes en lice. Si beaucoup ont longtemps eu peur que Xavier Bertrand, le président de région des Hauts-de-France, favori dans les sondages, ne se lance dans une aventure solo, les voilà rassurés depuis lundi 11 octobre.

L’ancien ministre du travail a déposé, mardi, le formulaire de « demande de soutien » de son parti et sera présent aux côtés de Valérie Pécresse, la présidente de la région Ile-de-France, de l’ex-commissaire européen Michel Barnier, du député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti, du maire de la Garenne-Colombes (Hauts-de-Seine) Philippe Juvin et de l’entrepreneur Denis Payre, le 4 décembre, pour le fameux congrès de désignation.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Election présidentielle 2022 : Xavier Bertrand se résout à participer au congrès de LR pour « rassembler sa famille politique »

Telle que l’anticipent les cadres, qui ne cessent de sonder les militants, cette course a une particularité : le favori au niveau national selon les sondages est ici un challenger. Xavier Bertrand a beau être, en effet, systématiquement devant ses concurrents dans les études d’opinion, il est peu apprécié des militants. Ses soutiens le savent, qui étaient à la rentrée des jeunes LR et ont entendu l’assistance copieusement huer son nom et sa photo, lorsqu’ils sont apparus pour un hommage aux vainqueurs des régionales de juin.

Reconquérir les forces vives

Ceux qui sondent leurs adhérents, leur parlent et les préparent aux visites du candidat voient ainsi chez eux une certaine « défiance », si ce n’est même du « ressentiment ». « Nos militants lui en veulent, estimant qu’il les a lâchés au pire moment… », glisse un patron de fédération, qui ne souhaite pas être identifié. C’est que, de l’avis de tous, les adhérents restés envers et contre tout au parti sont « le noyau dur », des fidèles parmi les fidèles dont la ligne semble plus à droite que celle de leurs élus ; 87 000 personnes dont beaucoup valoriseraient la loyauté avant tout, explique un autre président de fédération.

Dans ce contexte, le départ de Xavier Bertrand du parti, en décembre 2017, après l’élection à sa tête de Laurent Wauquiez, plus droitier que son ancien collègue du gouvernement de Nicolas Sarkozy, a du mal à passer. Les différentes sorties de Xavier Bertrand sur les partis politiques auxquels « il ne croit plus », et dont il a voulu se passer au début de sa campagne, ont achevé d’en agacer plus d’un. Valérie Pécresse, qui a quitté LR en 2019, mais a pourtant multiplié les signaux envers sa famille politique depuis quelques mois, souffre aussi du même écueil : considérés par certains adhérents comme des « traîtres », ils vont devoir reconquérir les forces vives de leur famille politique. Une situation qui ne relève plus, selon un député, « du rationnel mais de l’émotionnel ».

Il vous reste 44.25% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Election présidentielle 2022 : Xavier Bertrand, favori de la droite dans les sondages, challenger dans sa famille politique – Le Monde
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :