Éric Zemmour interdit de piscine : ce célèbre palace qui ne veut plus de lui… - Gala

Éric Zemmour interdit de piscine : ce célèbre palace qui ne veut plus de lui… – Gala

Après son revers électoral aux législatives, Éric Zemmour a subi un nouvel affront. La piscine d’un célèbre palace parisien, où il avait pour habitude de faire quelques longueurs, va bientôt lui fermer ses portes.

A propos de


L’ex-candidat de Reconquête ! à l’élection présidentielle, puis aux législatives, Éric Zemmour est-il devenu persona non grata dans les piscines les plus luxueuses de la capitale ? Selon les informations du Canard enchaîné, ce mercredi 22 juin, l’ex-polémiste aurait, en effet, reçu un avertissement de la part de la direction du célèbre Ritz, après avoir eu une altercation avec une cliente américaine. L’homme politique aurait reproché à celle-ci d’emprunter la même ligne d’eau que lui, indique l’hebdomadaire.

Depuis l’été 2020, Éric Zemmour avait pour habitude de débuter chaque journée en se rendant au Ritz. “Il vient nager tous les matins, confiait un habitué du palace parisien à Gala, en avril dernier. En général, il vient vers 7h30, sauf s’il est invité dans une matinale radio“, précisait-il, en ajoutant que l’homme politique ne serait toutefois “pas un grand nageur“.

> PHOTOS – Éric Zemmour et Sarah Knafo amoureux : leur week-end en Provence

Plaisanteries de garçon de bain

Une habitude que le compagnon de Sarah Knafo devra donc bientôt abandonner car la direction de l’établissement aurait décidé de ne pas renouveler son abonnement, qui devrait prendre fin mi-juillet. D’autres habitués du “lieu d’exception” se seraient, en outre, également plaints d’Éric Zemmour, et notamment de ses “plaisanteries de garçon de bain. Le principal intéressé a démenti cette information et se dit victime d’un “bobard“.

Or, ce n’est pas la première fois qu’Éric Zemmour se voit refuser l’entrée de la piscine d’un célèbre établissement. Déjà en 2019, l’ex-chroniqueur de CNews avait tenté d’adhérer au Cercle de l’Union Interalliée, dont il fréquentait le prestigieux bassin. Or sa candidature fut rejetée. Plusieurs membres du club se seraient plaints de sa présence car, selon eux, l’homme politique faisait du “prosélytisme dans les vestiaires de l’établissement“. “Il débat à voix haute, n’hésite pas à invectiver ses interlocuteurs comme on le ferait sur un plateau de télévision“, rapportait Étienne Girard dans le livre Le Radicalisé (éd. Seuil, 2021).

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Denis Guignebourg / Bestimage

Recherche Google News – Cliquez pour lire l’article original