Gérald Darmanin “très arrogant” ? Ces conditions imposées par la macronie qui rebutent leurs alliés - Gala

Gérald Darmanin “très arrogant” ? Ces conditions imposées par la macronie qui rebutent leurs alliés – Gala

“Émissaire” de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin a des manières qui ne passent pas. “Trop arrogant”, le ministre de l’Intérieur et sa liste de conditions imposées à ses alliés semblent desservir sa cause, rapporte L’Obs, ce jeudi 12 mai.

Pendant que les ministres espèrent garder leurs fonctions au gouvernement, les partis visent les législatives. Après le regroupement de la gauche sous la bannière de la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes), les macronistes ont pris pour cible la droite. Alors qu’une grande alliance entre Nicolas Sarkozy et La République en marche était annoncée avant même le second tour de la présidentielle, celle-ci s’annonce plus compliquée que prévu. La faute à un certain Gérald Darmanin, à en croire un cadre des Républicains. Jugé “trop arrogant”, “l’émissaire de Sarkozy”, a du mal à rallier les parlementaires de la droite à sa cause, estime-t-il dans les colonnes de L’Obs, ce jeudi 12 mai.

Le locataire de Beauvau a l’art et la manière de rebuter ses cibles. Pour parvenir à ses fins, le ministre de l’Intérieur a ses propres méthodes et impose ses conditions sans concession, assure une députée sortante. “Gérald Darmanin m’a appelée et m’a dit : ‘Je vois le président dans trois heures, il faut que tu me donnes ta réponse avant‘”. Si elle accepte son offre, l’élue “bien implantée dans sa circonscription” devra “afficher le logo majorité présidentielle sur son affiche de campagne”, “s’engager à siéger au sein du groupe Ensemble à l’Assemblée” et ne pas oublier de “tweeter son ralliement à Emmanuel Macron”.

>> PHOTOS – Olivier Véran, Gérald Darmanin, Roselyne Bachelot… Qui sont les ministres en 2021 ?

Les manières de Gérald Darmanin ne passent pas

La députée interrogée par nos confrères a refusé de rejoindre LREM. Et elle n’est pas la seule :Idem pour d’autres personnalités LR, qui n’étaient pas, sur le papier, opposées à un ‘rassemblement’ avec la majorité présidentielle“. Parmi elles, “Guillaume Larrivé dans l’Yonne, Sébastien Huyghe dans le Nord, Virginie Duby-Muller en Haute-Savoie ou Philippe Juvin dans les Hauts-de-Seine”, rapporte le journal. “La macronie a sous-estimé la capacité de résistance de nos candidats”, a tranché le cadre des Républicains.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

A propos de


Source Google News – Cliquez pour lire l’article original