“Il venait chercher son susucre”: Nicolas Sarkozy violemment raillé par ses anciens soutiens - Gala

“Il venait chercher son susucre”: Nicolas Sarkozy violemment raillé par ses anciens soutiens – Gala

Depuis plusieurs mois, Nicolas Sarkozy déconcerte par ses prises de parole. À tel point qu’il risque de perdre toute autorité dans son propre camp s’il continue à jouer sur une certaine ambiguïté concernant la majorité présidentielle.

A propos de


Il a refusé d’apporter un soutien public à Valérie Pécresse lors de l’élection présidentielle, ce qui lui a valu de nombreuses critiques de la part des membres de son parti, Les Républicains. Il reçoit divers candidats aux législatives dans ses bureaux parisiens, dont l’une est une adversaire d’un membre de LR qu’il côtoie depuis près de quarante ans. Nicolas Sarkozy fait grincer des dents dans son camp depuis des mois. Il faut dire que l’ancien président aime à marteler : « La trahison, en politique, ce n’est pas grave. »

Comme le rappelle Le Point, Nicolas Sarkozy a longtemps été surnommé « Brutus », eu égard à son parcours politique, lui qui a trahi Pasqua, puis Chirac pour Balladur au milieu des années 1990. Selon un député LR de la jeune génération que cite l’hebdomadaire, « en 2016, quand l’électorat de droite ne l’a pas choisi à la primaire, il a tout fait ensuite pour saborder le parti ».

Pas de mauvaises intentions

En 2017, quand Emmanuel Macron appelle Gérald Darmanin pour lui proposer de rejoindre le gouvernement, Nicolas Sarkozy lui rappelle qu’on ne refuse pas de servir son pays. Les camps en politique, ce n’est pas l’essentiel actuellement pour l’ancien président. Au point de rompre avec sa famille de droite ? « Quelle famille ? Il est macroniste ! Je ne sais pas pourquoi tout le monde s’étonne : il a appelé à se ranger derrière Macron. Il est parti. C’est fini, fini ! » tonne le même député LR.

Chez les LR, on raille ce rapprochement avec la majorité, qui serait l’occasion pour Nicolas Sarkozy de « sauver sa peau », en allusion à ses problèmes judiciaires, selon le maire LR du 17e arrondissement de Paris, Geoffroy Boulard. Dans un tweet, il s’est lâché sur l’ancien président des Républicains, le traitant de : « Minable. Indigne. Traître. » Du côté de l’ancien président, un fidèle précise, toujours au Point : « Il reçoit toute la journée des gens qui ne pensent pas comme lui, son carnet de bal est plein. Quand il voit des ministres, ça ne fait pas autant de bruit ! Il est de bonne foi. » Mais du côté des Républicains, on ne voit pas les choses de la même façon : « La passation des pouvoirs à l’Élysée était humiliante, on avait l’impression qu’il venait chercher son susucre », ironise un cadre de LR.

Article écrit en collaboration avec 6Medias

Crédits photos : Romain Gaillard/Pool/Bestimage

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original