“Je me serais suicidé…” : cette confidence de Nicolas Sarkozy au compagnon de Gabriel Attal - Gala

“Je me serais suicidé…” : cette confidence de Nicolas Sarkozy au compagnon de Gabriel Attal – Gala

Coutumier des petites phrases polémiques, Nicolas Sarkozy en a adressé une à Stéphane Séjourné à l’issue de la commémoration de la mort de Valéry Giscard d’Estaing, en décembre dernier. Une confidence de l’ancien chef de l’État, rapportée par L’Opinion ce jeudi 12 mai.

Nicolas Sarkozy l’assume pleinement : sa carrière politique est émaillée de petites phrases polémiques. La dernière en date, que nous rapporte L’Opinion ce jeudi 12 mai, a été prononcée par l’ancien chef de l’État à l’issue de la commémoration de la mort de Valéry Giscard d’Estaing en décembre dernier. “J’ai été député européen pendant trois semaines, j’ai démissionné. Sinon je me serais suicidé”, a lancé l’ancien président de la République. À travers cette phrase, il s’adressait à Stéphane Séjourné.

Et la petite pique destinée à déstabiliser le compagnon de Gabriel Attal, président du groupe Renew au Parlement européen et conseiller d’Emmanuel Macron n’était pas sa première ce jour-là. En effet, quelques instants plus tôt, l’ancien maire de Neuilly taquinait François Bayrou, également présent dans l’avion transportant plusieurs personnes ayant assisté à l’événement.

Nicolas Sarkozy, adepte des petites phrases

Ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy s’exprime d’une façon qui pourrait choquer. On se souvient souvent du célèbre “Casse toi pauvre con !” qu’il avait lâché à un Français qui l’importunait au Salon de l’Agriculture en 2008. On se rappelle également du “Fais pas le malin ! ” qu’il a asséné un jeune homme s’essuyant la main après lui avoir serré la pince en Savoie en avril 2010. L’ancien chef de l’État est également réputé pour ses mots durs envers ses adversaires politiques. Il a ainsi affublé François Hollande du sobriquet de “président ridicule”, désigné François Fillon en l’appelant “loser” et qualifié François Bellamy de “grosse truffe”.

Une attitude qui a conduit Nicolas Sarkozy à se faire des ennemis, parfois même au sein de son propre camp. Dans La Haine, les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme évoquent ainsi une rivalité entre l’ex-président et François Fillon. Dernièrement, l’ancien président de l’UMP entretient également des relations tendues avec Valérie Pécresse, la candidate LR qui concourait à la dernière élection présidentielle, qu’il n’a jamais soutenue officiellement.

Crédits photos : Aurélien Morissard/Panoramic/Bestimage

A propos de


Source Google News – Cliquez pour lire l’article original