Nicolas Sarkozy et LR, c'est fini ! Cette annonce-choc d'un poids lourd du parti - Gala

Nicolas Sarkozy et LR, c’est fini ! Cette annonce-choc d’un poids lourd du parti – Gala

Dans une interview accordée au Parisien, ce mercredi 22 juin, un membre historique des Républicains affiche clairement la rupture entre Nicolas Sarkozy et le parti LR.

A propos de


C’est une annonce-choc d’un poids lourd du parti Les Républicains (LR). L’interview de Gérard Larcher, le président Les Républicains (LR) du Sénat, dans les colonnes du Parisien, ce mercredi 22 juin, marque un tournant pour le parti créé par l’ex-président de la République. C’est, en effet, la première fois qu’une figure historique du mouvement affiche la rupture définitive entre Nicolas Sarkozy et le parti LR.

Interrogé sur le soutien de l’ex-chef d’Etat à des candidats de la majorité présidentielle lors de la campagne des législatives, Gérard Larcher a ainsi affirmé : “Il a fait ainsi le choix de quitter sa famille politique. Je le regrette, la page est tournée“, visiblement heurté. Entre LR et Nicolas Sarkozy, le divorce est désormais consommé. Invité sur le plateau de LCI, ce mercredi 22 juin, Bruno Retailleau, sénateur de Vendée et président du groupe LR au Sénat, a également confirmé que la page était tournée avec Nicolas Sarkozy.

> PHOTOS – Cannes 2022 : Carla Bruni et Nicolas Sarkozy chic et glamour

J’ai honte pour lui devant une telle trahison

Dans les dernières semaines de l’élection présidentielle, j’étais un de ceux qui continuaient à faire des réunions publiques. Et vous n’imaginez pas la dureté des prises de parole des militants qui s’étaient donnés corps et âme dans toutes ses batailles. Le mot qui revenait, c’était l’écœurement“, a déclaré Bruno Retailleau à Elizabeth Martichoux. Déjà le 16 juin dernier, Jean-François Copé déclarait sur RTL : “C‘est une grande tristesse. C’est incompréhensible ce qu’il s’est passé.” “J’ai honte pour lui devant une telle trahison”, avait réagi, quant à elle, Brigitte Kuster dans les colonnes du Figaro, lorsqu’elle a appris que Nicolas Sarkozy avait reçu Astrid Panosyan-Bouvet, sa concurrente depuis victorieuse dans la 4e circonscription parisienne aux législatives.

À l’issue des élections législatives, Nicolas Sarkozy se serait montré, en outre, critique face à la majorité relative du chef de l’État. Un scénario qu’il avait apparemment anticipé. Nicolas Sarkozy souhaitait voir Les Républicains rejoindre la coalition Ensemble ! pour multiplier les chances d’obtenir la majorité absolue au Parlement.

Article écrit en collaboration avec 6Medias.

Crédits photos : Stephane Lemouton / Bestimage

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original