Pantouflage : Les bonnes affaires d'Édouard Philippe - Blast

Pantouflage : Les bonnes affaires d’Édouard Philippe – Blast

Lorsqu’Édouard Philippe saisit la HATVP en juillet 2020, afin de faire valider son projet de reconversion professionnelle au conseil d’administration d’Atos, l’ex-Premier ministre reconnaît seulement « avoir rencontré le président-directeur général de cette société, Monsieur Thierry Breton, à plusieurs reprises, dans le cadre de l’exercice de ses fonctions de chef du Gouvernement. » Pas un mot sur le contrat passé en 2006 avec Atos Worldline. Invérifiable pour la Haute Autorité, qui ne peut se pencher que sur les « trois années précédant le début de cette activité. » Pourtant, un autre dossier aurait relié les deux hommes il y a une quinzaine d’années.

C’est en 2006 que Philippe et Breton se seraient retrouvés autour d’un dossier ultra-sensible qui va façonner le paysage médiatique français : le rachat du bouquet de chaînes télé TPS par Vivendi et Canal Plus. Cette opération industrielle constitue une étape fondatrice de la concentration médiatique française résultant de la boulimie des milliardaires Bolloré, Niel, Lagardère, Drahi ou Arnault.

En ce début des années 2000, deux opérateurs concurrents se partagent le marché de la télévision payante : TPS (détenue par TF1 et M6) et CanalSatellite (détenue par Canal Plus, Vivendi et Lagardère). « On jouait au tennis régulièrement avec Patrick Lelay (PDG de TF1 jusqu’en 2008, ndlr) », raconte Jean-René Fourtou, à l’époque président du conseil de surveillance de Vivendi. « Un jour, en sortant du tennis, comme on perdait tous les deux de l’argent, il m’a dit “et si on discutait ?” On s’est vus sur les Champs-Élysées pour parler du prix (de vente de TPS, ndlr), ça a duré un quart d’heure », résume-t-il.

Dans cette affaire, Édouard Philippe aurait discrètement tenu la plume. « Nous rédigions des notes pour Canal Plus, pour anticiper l’opération », raconte un ancien collègue de chez Debevoise, qui assure à Blast avoir travaillé à ses côtés sur cette opération délicate.

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original