Présidentielle : Anne Hidalgo boudée par les banques – Le Point

Les temps sont durs pour Anne Hidalgo. Déjà fort peu populaire à Paris, où sa gestion de la ville est très critiquée, l’édile socialiste a toutes les difficultés à faire entendre sa voix dans le reste du pays. Près d’un mois après l’officialisation de sa candidature à l’élection présidentielle de 2022, la candidate adoubée par le Parti socialiste stagne autour de 4 ou 5 % des intentions de vote. Un début de campagne particulièrement poussif qui, selon Le Figaro, n’encourage guère les banques à prêter les quelques millions nécessaires pour financer l’odyssée élyséenne de la maire de Paris. Pour l’heure, toutes les institutions bancaires contactées par la candidate ont décliné. Signe des temps : même le Crédit coopératif, trésorière historique du Parti socialiste, freine des quatre fers. Pour l’heure, hors de question de financer Anne Hidalgo tant que cette dernière n’aura pas dépassé 8 % dans les sondages et durablement, s’il vous plaît.

Pas de panique à bord

Pour autant, rapporte le quotidien à la plume bleue, l’entourage d’Anne Hidalgo se veut encore rassurant. « Il y a peu de dépenses à ce stade », confie Patrick Kanner. Selon le sénateur socialiste, figure historique du parti, l’ensemble des frais engagés jusque-là sont couverts par le PS et les fédérations. « Il y a zéro sujet », s’emporte même Marie-Pierre de La Gontrie, trésorière de la campagne d’Anne Hidalgo. En l’état actuel des choses, assure-t-elle, aucune banque n’aurait encore expressément refusé les demandes de subsides de la candidate socialiste. Et puis, veut-elle croire, le PS est encore « une formation politique solide », seule « à gauche à avoir la certitude de [ses] parrainages ».

À LIRE AUSSIPrésidentielle : comment Hidalgo veut remonter la pente

Dissensions internes

Au sein du PS, pourtant, tous ne partagent pas cet optimisme. Et d’autant moins, précise Le Figaro, quand l’entourage d’Anne Hidalgo avance qu’elle pourrait faire campagne sans banque. « Nous pouvons soulever seuls plusieurs millions d’euros et les temps ont changé. Nous n’avons plus besoin de faire des campagnes avec des meetings à la Johnny Halliday », affirme, par exemple, la direction du parti, qui joue la carte de la « sobriété choisie ». Une posture qui fait bondir plusieurs cadres, irrités par ces faibles ambitions à peine déguisées. « Si on ne met pas d’argent, on fera un score de merde. En dessous de 15 millions, on ne joue pas la gagne », lâche une figure du parti au Figaro, avant de qualifier de « lunaires » les déclarations de son état-major. De quoi susciter de vives inquiétudes au sein du PS alors que toutes les autres formations politiques se mettent en ordre de bataille avant le grand sprint final.

À LIRE AUSSIÀ Lille, Anne Hidalgo (re)lance sa campagne

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Présidentielle : Anne Hidalgo boudée par les banques – Le Point
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :