La campagne du « Z » serait-elle en train de patiner ? Après avoir ciblé des journalistes avec un fusil lors du salon Milipol et provoqué l’indignation lors de sa venue au Bataclan pour la commémoration des attentats du 13 Novembre, ses propos sur le patrimoine des plus fortunés ont rallumé le vif feu des critiques.

Publié mardi 23 novembre, le baromètre Odoxa du mois de novembre publié dans La Voix du Nord, qui mesure la popularité des hommes politiques, rapporte de mauvaises nouvelles pour Éric Zemmour et sa candidature potentielle à l’élection présidentielle de 2022. Étrillé de toutes parts, comme plus récemment par les déclarations de Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI (Union des démocrates et indépendants), et du maire de Londres Sadiq Kahn, Éric Zemmour est aussi boudé par les Français.

Odoxa, qui a sondé 1 055 citoyens, témoigne d’un éboulement de la cote de popularité d’Éric Zemmour. Dans son rapport, l’institut détaille cette déchéance : « La dégradation est spectaculaire sur tous les indicateurs, y compris sur les qualités qu’on lui prête encore (- 8 points sur l’intelligence et la capacité à convaincre, par exemple), mais elle est particulièrement forte en ce qui concerne son racisme (+ 23 points), sa misogynie (+ 15 points) et surtout sa dangerosité (+ 23 points). »

À LIRE AUSSIBaisse dans les sondages : Éric Zemmour doute de la fiabilité de certains instituts

Un rattrapage est-il possible ?

Du côté des candidats déclarés, Xavier Bertrand et Michel Barnier, tous deux sous le sigle Les Républicains, grappillent des places, tandis que la gauche patauge avec notamment un net recul de la candidate du Parti socialiste (PS), Anne Hidalgo. Le président sortant Emmanuel Macron, qui ne s’est pas encore déclaré candidat, se maintient, lui, avec 44 % d’adhésion. De quoi faire pâlir Éric Zemmour ? Auparavant, avec son baromètre d’octobre, Odoxa avait fait état d’un triste titre obtenu par l’essayiste : celui de la personnalité politique la plus rejetée avec 61 points de détestation, soit 12 de plus que Marine Le Pen, représentante du Rassemblement national (RN) dans la course à l’Élysée.

À LIRE AUSSICe que la police pense (vraiment) d’Éric Zemmour

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Présidentielle : l’image de Zemmour s’effrite, selon un sondage – Le Point
Étiqueté avec :