L’ancien ministre souverainiste a prévenu son ami ce début de semaine : contrairement à ce que l’équipe de l’essayiste espérait, il ne se rendra pas à Paris le 5 décembre, jour du premier meeting de campagne du presque-candidat, dont la déclaration officielle de candidature est attendue avant la fin du mois. Une décision que Philippe de Villiers a confirmée au Point par un court SMS. Selon son entourage, il en aurait informé Éric Zemmour en début de semaine en invoquant sa crainte qu’un « soutien trop affiché ne nuise à la réputation du parc du Puy du Fou », à la réussite duquel il est particulièrement attaché.

À d’autres proches, Philippe de Villiers a aussi confié ses « doutes sur la solidité » de l’équipe entourant le presque candidat, composée de trentenaires « talentueux, mais sans expérience », alors que la campagne peine à attirer des compétences.

À LIRE AUSSIEXCLUSIF. La comptabilité fragile de la campagne Zemmour

Alors que la candidature du journaliste est présentée comme imminente, Éric Zemmour traverse une passe difficile, confronté à des sondages le plaçant en retrait et à des complications de financement. Attendue d’ici le 30 novembre, la déclaration de candidature, qui sera suivie d’un passage au 20 heures de TF1, juste avant la tenue du grand meeting du 5 décembre devant 6 000 à 7 000 personnes (et auquel ses équipes travaillent d’arrache-pied), doit permettre de relancer une dynamique qui a paru s’essouffler depuis les propos polémiques tenus par Éric Zemmour le 13 novembre, devant le Bataclan.

Il y a une poignée de jours, il tweetait depuis Londres : « La suite de l’histoire commence au Zénith de Paris, venez l’écrire avec moi. » Ce sera sans Philippe de Villiers.

La rédaction vous conseille

Source Google News – Cliquez pour lire l’article original

Zemmour : Philippe de Villiers n’ira pas au Zénith – Le Point
Étiqueté avec :
%d blogueurs aiment cette page :